:: - RP TERMINES - Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
White Rabbit in the club
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Faye T. Collins
Administratrice C
Administratrice C
Age : 29 ans
Miscellaneous : Juvénile dans le look et dans la tête, Faye n'en est pas moins plus rusée qu'on le pense. Même si elle parle parfois trop vite sans réfléchir aux conséquences, elle n'est pas mauvaise. C'est une chouette fille que la vie a un peu malmenée mais qui sait se relever fièrement des épreuves que l'existence lui impose. On la dit souvent de bonne humeur, gaie et joyeuse mais au plus profond d'elle, la blondinette dispersée cache une plaie béante suite au décès du type pour lequel elle en pinçait.

~ Elle adore sa peluche vivante, prénommée Ed, qu'elle a fait importer d'une autre planète. Ed est un peu son confident, son meilleur ami. L'animal est domestiqué, obéissant avec sa maîtresse et doux avec les gens que celle-ci apprécie, mais si vous cherchez des noises à sa maman chérie ça finira mal

~ Très dépensière, Faye n'a jamais d'argent de côté et dépense sans compter dans tout un tas de choses pas franchement utile.
Localisation : Palm Spring Revival
Date d'inscription : 04/02/2020
Concentration Faye, tu vas quand même pas l'laisser gagner ? Et alors, s'il gagnait ça faisait quoi de plus ? Il avait pas voulu parier de crédits même si elle en aurait été ravie, satisfaite d'obtenir un peu plus d'argent pour payer un nouveau collier, bardé de strass et autre fanfreluches, à Ed, ici présent, qui se léchait l'entre-pattes sous le regard écœuré, peut-être même un peu stressé, de Adam. Bon ouais, s'il gagnait il s'enfilerait le shot gigantesque sous leurs yeux et ça, à vrai dire, la blondinette avait une idée pour lui éviter, une fois encore, de se mettre minable sous les yeux de sa femme. Alors que Saddler gagne ou pas, c'était du pareil au même quoi que, elle avait pas spécialement envie de se siffler ça, davantage que le casino ouvrait à peine et que, même si elle ne se produisait pas le soir même, elle avait quand même le nom de l'établissement gravé sur le front. Pas littéralement mais les gens, les clients, les habitués, la connaissaient et c'était pas une bonne pub que d'être totalement torchée face à eux.

Pourtant c'est c'qu'il fait d'puis tu sais quand. Effectivement, et ça la rendait malade de voir leur couple se déchirer, de voir les gosses s'éloigner de leur père, enfin pour Tom parce que Camille voyait pas encore tant de différence chez l'homme qu'elle aimait sans doute le plus au monde, mais ouais, ça la rendait malade de voir que ce qu'ils avaient pu construire, Eliza et lui, se cassait doucement la gueule sans qu'il le voit venir au bout de ce tunnel dans lequel il errait, sans discontinuer, depuis la mort de Benji.

Cartes en éventail devant ses mirettes claires et rieuses, Collins pinça les lèvres sans qu'il le voit à peine eut-il posé sa main sur le bar. Perdu ouais, néanmoins à peine glissa-t-elle la sienne ; de main, par dessus celle du magicien, qu'elle agrippa le shot, bascula la nuque et se l'enfila sous ses yeux ronds. C'était pas franchement bon, c'était même plutôt dégueulasse, certainement moins sympa que les quelques cocktails hauts en couleurs que Eliza lui servait parfois, mais son geste avait le mérite de lui éviter le verre de trop... Enfin … Pour le moment.

- T'as perdu j'te signale ! Terminant le verre, dont le cul résonna bruyamment sur la laque du comptoir où elle le reposait, Faye grimaça avant d'ouvrir la bouche. Ahhh ouais, j'pensais qu'c'était l'inverse moi, qu'le trois et le quatre l'emportaient sur deux rois, non ? Le roulement d'yeux de Saddler la fit rire dans le creux de sa paume qu'elle dégagea ensuite pour caresser le velours des oreilles de la Hyène domestique, à ses pieds, qui ricana à en faire souffler son adversaire. Sérieux, cette bestiole c'est la pire chose que j'ai vu et, en plus, elle se fout de ma gueule. Moue aux lèvres, la jeune femme observa son animal de compagnie. Il s'fout d'toi parce qu'il y a matière à l'faire, parce qu'il sent que tu l'aimes pas aussi, elle est sensible ma peluche adorée hein ? Se laissant retomber debout, en glissant sur l'assise du tabouret, Collins se retrouva accroupie devant le large museau de la bestiole dont elle flattait le collet avec amour. Qui c'est l'gros bébé poilu à sa maman ? Comment on peut t'trouver moche mon Eddy chou ? Adam soupira, rembarqua les cartes en avisant le verre vide, puis quitta le tabouret à son tour. Tu devrais pas l'amener ici... Bougon, comme une gamine qu'on venait de sermonner, elle se redressa et colla les poings sur ses hanches tandis que l'animal redressait la truffe vers le magicien. J'te signale qu't'es pas mon chef, Eliza y voit aucun inconvénient au contraire, il amène du monde et il fout les ch'touilles à ceux qu'auraient l'intention d'faire chier ! Na. Bon si, Adam était l'un de ces supérieurs mais le renvoyer un peu dans ses cordes, étant donné la situation actuelle ça faisait pas de mal, ça le ferait sans doute réagir. Elle haussa une épaule, y collant le menton en un large sourire, déjà à battre des cils comme une princesses de dessins animés. La discussion en resta là, s'il roula des yeux elle ne le vit pas alors qu'il s'éloignait et qu'elle, comme si sa peluche gigantesque savait parler, s'adressait à Ed comme s'il s'agissait d'un être humain. Check Eddy, on lui a fait fermer son cul d'poule et, en prime, il a pas bu son verre.

L'animal, domestiqué depuis qu'elle l'avait fait importé d'une planète étrangère à Pandore, redressa son énorme patte pour la loger dans le creux de paume de sa maîtresse avant de se marrer, encore, puis d'aller se coucher derrière le comptoir tandis qu'elle redressait les yeux sur une silhouette familière, fraîchement débarquée de son bled, qui ne tarda plus à se dandiner depuis l'entrée jusqu'à elle. Un grand sourire étira ses lèvres vermeilles et elle sautilla jusqu'à lui, se glissant dans son dos pour ensuite poser les mains sur ses larges épaules et approcher la bouche de son oreille.

- Bha alors ! Tu m'dis plus bonjour l'poubelleux ? Faye recula, vive et rapide, elle fut de nouveau face à lui avant qu'il ait pu ne serait-ce que cligner des yeux. Qu'est-ce tu fais là, j'joue pas c'soir, t'es venu claquer ta quinzaine aux jeux ? Ou t'es venu draguer Doris ?

Son regard mutin, moqueur même, fila vers la serveuse qui n'avait rien d'un prix de beauté, bien au contraire. Mais elle le connaissait le Firmin, il était pas vraiment regardant sur la marchandise, à croire que son obsession pour la chose – chose qu'elle connaissait pas – lui faisait oublier le physique des quelques partenaires qu'il pouvait avoir à son actif.



I'm beautiful in my way !

Baby I was born this way !



Lun 25 Mai - 10:50
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Firmin Dustriel
0 Hyperion
0 Hyperion
Age : 33
Miscellaneous : > Eboueur à Opportunity, il préfère utiliser le terme "agent de propreté et de sûreté" quand il ne ment tout simplement pas sur son travail ou ses activités extraprofessionnelle.
> Est en couple avec une publicitaire d'Hypérion. Il ne l'aime pas et profite uniquement de son appartement luxueux et de son argent.
> Sûr de lui et dragueur invétéré (du genre lourd).
> Tient un carnet où il note ses conquêtes amoureuses (identité ,âge, sexe, lieu de conclusion, commentaires spéciaux).
> Aime glandouiller, se défoncer et faire la fête.
> Pratique le karaté et le taekwondo, au départ pour impressionner les filles et se muscler, il a fini par affectionner ces disciplines.
> Sait donc se défendre bien qu'il n'attaque jamais.
Localisation : Opportunity
Date d'inscription : 20/12/2019
Les plages de Palm Springs, c'était quelque chose quand t'avais quelques canettes fraîches dans une glacière, un petit pétard au bec et qu't'étais tranquillement allongé sur le sable blanchi qui contrastait avec celui brunie par le passé de Trashcoast. En même temps c'est la plage des ploucs c'te putain d'endroits!. Dos sur une serviette, bras derrière la nuque pour relever plus facilement la tête pour zieuter les p'tits culs qui passaient, je profitais pleinement du soleil qui martelait mon corps, insouciant quand au coup de soleil qui me frictionnerait les tétons au réveil, demain matin, à ne pas penser à m’être enduit de crème solaire.

Un p'tit excursion détente avec deux potes pétés de fric à laquelle je m'étais incrusté en forçant un peu mais il avait suffit de montrer le p'tit stock d'herbe que j'avais sois la main pour qu’Il m’embarque. Enfin ça c’était la version que je gardais en tête. Parce que ce con de Kenny restait un gros malsain, il avait fallu que j'me tape sa cousine. La grosse Bertha qu'on l'appelait. Ou Bertha l’opulence. Autrement dire un monstre tellement dégueu qui donnerait même à un type comme moi de devenir moins.

Donc, pour m’adonner à un truc pareil, j’avais dû m'cartonner la gamelle fortement à grosse dose de gnôle et à bonne dose de poudrette histoire de faire fonctionner le drapeau et que j’comptais bien en faire de même aujourd'hui mais avec le côté pervers en moins. Genre en choisissant la p'tite paire de fesses rebondies qui m'passe sous les yeux, faisant mes lunettes, je tente une approche en sifflotant la demoiselle qui se retourne, sympathique façon de me faire admirer qu’les deux baloches sont bien dodues elles aussi.

- Ouais, nan, laisse tomber la miss !

Elle me scrute avec dédain pendant que je me lève pour reprendre une bière en titubant légèrement avant de m’offrir son majeur et de s'en aller. Soit, elle peut bien se le carrer dans le fion. J'ai envie de petit melon aujourd'hui, histoire d'oublier les images qui reviennent parfois de la paire de seins de Beberth mi gants de toilettes, mi ballons de baudruche.

- Et Ouais les gars, elle pensait avoir le zizi d’un Dustriel alors elle rage un peu.
Ils se foutent de ma gueule. J'me fous de la leur. Enfin, j'sais pas vraiment, j'suis défoncé…

****
Bordel de merde… J'me réveille dans notre bungalow privé de l'hôtel avec peu de souvenirs et surtout de combien de temps s'est passé. Mais les valises des deux autres sont plus là et ils semblent avoir foutu le camp…. J'suis seul, la bite à l'air, pas de conquêtes endormie à mes côtés, pas de capotes usagées collées au mur ou dans la poubelle. Merdasse… J'fouille le tiroir, prend un cachet contre les maux de crâne, le jette dans un verre et y ajoute une mignonette de whisky. Effet anti gueule de bois garanti.

En arrivant à la réception avec mon sac de bagage, la réceptionniste m’accoste en me demandant de payer la note. Les enculés !!! Le genre de facture salé à 4 chiffres, la somme pile que j'avais réussi à pomper à Karen en réussissant à pas claquer un rond du séjour… Surement pour ça que ces enfoirés m'avait fait ce coup là.

Dépourvu de mon butin, me restait que les cinquante derniers crédits qui me restait sur ma carte bancaire personnelle. Me restait alors qu'une solution pour me refaire et me payer une téléportation, histoire d’éviter de prendre le train plein de ploucs pour aller gratter maman a Sanctuary. Le casino ! Reste plus qu’à se saper chic

Que la chance soit avec moi !


C'est l'esprit vainqueur que je poussais ses portes après avoir confier mon sac au portier, en chemise et petit pantalon cintré, m’arrêtant après quelques pas pour observer et… chercher le jeu qui allait me permettre de me remplir les poches au passage. Am… stram… gram… pik… et… p… Un frisson agréable me parcourut l'échine en sentant deux petites mains m'agripper les épaules, avant que leur propriétaire ne me fasse face d'un pas gracieux.

- Faye... Balbutiais-je en guise de salutations sous l'effet de la surprise avant d'arquer un sourcil offusqué. J'suis pas poubelleux, j'suis agent de propreté ! C'est différent ! Rétorquais-je en la voyant œiller la dénommé Doris, qui tendit une main dans notre direction en guise de salutations. Non, pas ce soir... Puis j'avais plus de quinzaine, quechi. Non ce soir, étonnamment, mon pipou était entré dans une courte et étrange hibernation. Même en contemplant la jolie fonctionne qu’était la douce artiste. J'suis même pas d'humeur à te proposer pour la millième fois comment je manie l'art de l'hélicobite ! C’était dire, même si je devais parvenir à faire bonne figure avec mon habituel sourire mi mesquin, mi taquin. Non ce soir, mon seul objectif c’était de gagner de la thune et en attendant d’éviter d'en dépenser. Tu m'payes un verre ? Ça va quand même faire un p’tit temps que j’suis pas passé, on peut bien fêter ça ?


Do you want see my biggest pipou ?

White Rabbit in the club  200724110931477721
Jeu 28 Mai - 1:51
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Faye T. Collins
Administratrice C
Administratrice C
Age : 29 ans
Miscellaneous : Juvénile dans le look et dans la tête, Faye n'en est pas moins plus rusée qu'on le pense. Même si elle parle parfois trop vite sans réfléchir aux conséquences, elle n'est pas mauvaise. C'est une chouette fille que la vie a un peu malmenée mais qui sait se relever fièrement des épreuves que l'existence lui impose. On la dit souvent de bonne humeur, gaie et joyeuse mais au plus profond d'elle, la blondinette dispersée cache une plaie béante suite au décès du type pour lequel elle en pinçait.

~ Elle adore sa peluche vivante, prénommée Ed, qu'elle a fait importer d'une autre planète. Ed est un peu son confident, son meilleur ami. L'animal est domestiqué, obéissant avec sa maîtresse et doux avec les gens que celle-ci apprécie, mais si vous cherchez des noises à sa maman chérie ça finira mal

~ Très dépensière, Faye n'a jamais d'argent de côté et dépense sans compter dans tout un tas de choses pas franchement utile.
Localisation : Palm Spring Revival
Date d'inscription : 04/02/2020
Si elle était enjouée, gaie et souriante comme à son habitude, Firmin avait pas l'air aussi frais que d'ordinaire. Enfin il était jamais « frais » au sens propre du terme, fallait dire qu'avec ce qu'il ingérait quasi quotidiennement c'était déjà un miracle qu'il soit encore capable de tenir droit sur ses cannes, mais disons que là, il avait pas l'air dans son assiette. Collins fronça les sourcils en l'entendant répondre, elle en roula même des yeux, théâtralement, en secouant la main devant ses yeux clairs. Poubelleux, agent de propreté, c'était pareil pour elle, et des l'instant qu'ils se comprenaient ça faisait pas grande différence si elle usait de mots que seuls les plus intelligents de Pandore seraient foutus de piger. Quant à ce qu'elle l'imaginait être venu faire cette nuit là, elle fut presque surprise de l'entendre répondre à la négative concernant ce qui, malgré tout ce qu'il pouvait dire où laisser penser parfois, constituait une grosse partie de ses loisirs et passes temps en tous genres. Sorry Doris, c'sera pas pour ce soir. Pensa Faye, petit sourire presque moqueur aux lèvres, en plissant les yeux d'un air désolé à l'attention de la serveuse qui, peut-être éprise du coureur de dentelles devant elle, venait d'agiter mollement les doigts dans sa direction.

- Uhm ... Sans prévenir, Collins se rapprocha de lui en faisant premièrement fie de sa dernière question à propos de ce verre, puis déposa rapidement les dix doigts de part et d'autre du faciès un peu mollasson de Dustriel. Phalanges appuyées sur ses joues, elle les malaxa, comme une petite vieille qui adorait son petit fils chéri, puis força ses paupières inférieures à dévoiler davantage du blanc de ses yeux. Faux air septique marqué sur son visage de poupée, la jeune femme termina par froncer les sourcils en reculant sans relâcher sa prise au point qu'il ressemblait davantage à un poisson rouge bouffie, bouche en cul de poule prête à faire des bulles, qu'au type dragueur bien connu du coin. T'es malade ?!!! T'as l’œil jaune, l'teint pas très frais et …. Tire la langue un peu pour voir ?

Elle en rit avant de le relâcher, le pire c'était sans doute que dans son état, et pour obtenir ce fameux verre qu'il venait de lui quémander comme un chat réclamait sa gamelle de lait quotidienne, Firmin aurait été capable d'abdiquer à tout ce qu'elle aurait pu lui demander en retour mais, Collins était pas mesquine. Moqueuse un peu ouais, mais pas mesquine, encore moins avec ses amis. Bon, il était peut-être pas le mieux placé dans sa liste de proches, parce que ouais la blondinette pétillante avait une liste qu'elle gardait toujours dans la poche arrière des fringues qu'elle portait – surprenant hein pour une bordélique, dispersée, de renommé Pandorienne ? -, mais il était dedans et c'était déjà pas mal, suffisant pour qu'elle soit sympa avec lui.  Lui tournant le dos, déjà à se diriger vers le bar, Faye fit volte face sans prévenir, il dût d'ailleurs se prendre l'extrémité rose et bleu de ses mèches dans les yeux, et colla l'index à l'endroit où, si ses souvenirs étaient bons, se trouvait son foie.

- T'es sûr qu'c'est bon pour ce que t'as d'boire un verre ? J'veux dire, je m'en voudrais tellllement si t'en crevais …... Puis le blanc jaune c'est jamais bon signe. Alors, étant donné ton état, A nouveau dirigée vers le bar, Faye sautilla par dessus la marche qui menait derrière le comptoir, enjamba Ed affalé au sol, puis agrippa une bouteille et un verre. et c'lui d'mes finances au passage, Souriante, penchée vers lui qui venait de s'installer, elle termina par lui coller la flasque de flotte et le récipient sous le nez. j'peux pas faire mieux qu'ça ! J'suis désolée Dudule.

La bonne blague hein, après tout elle pouvait se servir ici, Eliza ne lui avait jamais rien fait payer depuis qu'elle bossait pour elle, alors elle pouvait bien offrir ce qu'il voulait à Firmin. Mais voir sa tête là, les yeux rivés sur l'eau plate qui faisait quelques bulles dans son contenant, ça la faisait rire.



I'm beautiful in my way !

Baby I was born this way !



Jeu 28 Mai - 10:52
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Firmin Dustriel
0 Hyperion
0 Hyperion
Age : 33
Miscellaneous : > Eboueur à Opportunity, il préfère utiliser le terme "agent de propreté et de sûreté" quand il ne ment tout simplement pas sur son travail ou ses activités extraprofessionnelle.
> Est en couple avec une publicitaire d'Hypérion. Il ne l'aime pas et profite uniquement de son appartement luxueux et de son argent.
> Sûr de lui et dragueur invétéré (du genre lourd).
> Tient un carnet où il note ses conquêtes amoureuses (identité ,âge, sexe, lieu de conclusion, commentaires spéciaux).
> Aime glandouiller, se défoncer et faire la fête.
> Pratique le karaté et le taekwondo, au départ pour impressionner les filles et se muscler, il a fini par affectionner ces disciplines.
> Sait donc se défendre bien qu'il n'attaque jamais.
Localisation : Opportunity
Date d'inscription : 20/12/2019
Levant la main en direction de Doris, en voyant la sienne et son sourire par dessus l'épaule de miss Colliins, avant de reporter mon attention... Ou plutôt, elle reportait une attention toute particulière sur moi en palpant mon visage de toute les manières possibles, à m'en donner envie de faire un pas en arrière mais ses doigts agrippait mon menton à tel point que je ne pouvais me libérer de son observation de ma tête défraîchi, ce qu'elle ne manqua d'ailleurs pas de souligner en en rajoutant peut-être un peu trop à mon goût.

- N'importe quoi ! J'suis pas malade t'es folle ! Fis-je en posant ma main sur la sienne, avec une douceur couplé à un sentiment d'oppression qui devait s'lire sur ma tronche puisqu'elle finissait par me relâcher. Bon, ok, c'était pas la grande forme mais c'était rien de plus qu'une gueule de bois ? Ou d'une redescente ? Si seulement j'savais c'qui m'était arrivé la veille, j'pourrais répondre à cette question. J'tirerais que dalle.

Si elle voulait voir ma langue, j'pouvais lui offrir un p'tit french kiss qui la laisserait pas de marbre ou encore... m'en servir autrement et sur d'autres sortes de lèvres, encore fallait-il que je sois d'humeur pour ça et en la voyant bifurquer vers le bar, j'voyais bien que popol avait pas envie de s'dresser aujourd'hui. Même en zieutant ses p'tites fesses s'diriger vers le bar. Putain, j'espère qu'il est pas pété bordel... Sans mon outil de travail, que deviendrais-je ?
Pour répondre à cette question, faudrait déjà que je sache ce qui m'prenait à être aussi patraque mais Faye me devança, en m'envoyant une de ses mèches colorées dans la tronche et m'privant d'la vue sur sa lune. Boh, vu qu'ça n'a aucun effet de toute manière.

- T'es sûr qu'c'est bon pour toi d'toucher mon corps ? Répondis-je du tac-au-tac en retirant son doigt avec douceur, souriant malgré mon expiration soupirante. Blanc jaune ? Tu m'as pris pour un oeuf ? Là, je tirais finalement la moue devant son insistance quand à mon état. J'te dis que j'vais bien !

Offusqué, je l'étais pas vraiment, enfin, tout du moins avant qu'elle ne me parle de l'état de ses finances, comme pour m'inviter à cracher le reste de mon porte-feuille... Elle allait pas m'la faire à moi, j'savais bien qu'elle était assez proche de sa patronne pour se permettre un ou deux petits verres en cadeaux aux clients les plus fidèles. Enfin, c'est pas que j'en étais, mais on avait sympathisé depuis l'temps ? Enfin j'voyais où elle voulait en venir en me versant un verre de flotte plate devant la tronche.

- Tu t'fous d'ma gueule là ? Lançais-je en levant un sourcil interrogatif, agrippant tout de même le récipient pour avaler son contenu beaucoup trop soft à mon goût d'une traite avant de me resservir une seconde lampée du contenant et juste y tremper les lèvres. Ok, ça m'a humidifié la gorge, tu penses pas qu'il serait temps d'me faire plaisir maintenant ?

J'crois qu'elle pouvait aisément comprendre où je voulais en venir. Ou peut-être qu'un doute planait, j'avais oublié que j'étais Firmin Dustriel et qu'la demoiselle me connaissait bien mais bon, la machine était hors service aujourd'hui alors j'pouvais parler que de ce bon vieux verre de whisky quémandé dès le départ.

- On soigne par le mal ! Alors fais pas ta pimbêche ! Par faire sa pimbêche, j'entendais bien qu'elle arrête de se fendre ma poire et de me me chouchouter faussement comme si j'étais grippé. J'sais très bien qu'tu peux m'l'offrir ce verre ! Puis j'en ai besoin, j'suis dans la merde Faye !

Habituellement, j'étais beaucoup trop fier pour avouer la moindre de mes malchances ou de mes faiblesses, surtout face à une jolie nana, ça faisait pas bonhomme mais, bah là, ça m'étonnait pas qu'elle ait repéré que quelque chose n'allait pas.

- Juste un verre... J'ai plus un rond. Et j'sais pas, un tuyau... Commençais-je avant de tourner la tête vers la tête de blackjack, un moment, observer discrètement les trois joueurs sans parvenir à déceler ce qui s'y passait vraiment. Par exemple, la table là bas, c'est plutôt des bons ou c'est plutôt des pigeons ? J'ai besoin de me refaire.


Do you want see my biggest pipou ?

White Rabbit in the club  200724110931477721
Lun 1 Juin - 23:02
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Faye T. Collins
Administratrice C
Administratrice C
Age : 29 ans
Miscellaneous : Juvénile dans le look et dans la tête, Faye n'en est pas moins plus rusée qu'on le pense. Même si elle parle parfois trop vite sans réfléchir aux conséquences, elle n'est pas mauvaise. C'est une chouette fille que la vie a un peu malmenée mais qui sait se relever fièrement des épreuves que l'existence lui impose. On la dit souvent de bonne humeur, gaie et joyeuse mais au plus profond d'elle, la blondinette dispersée cache une plaie béante suite au décès du type pour lequel elle en pinçait.

~ Elle adore sa peluche vivante, prénommée Ed, qu'elle a fait importer d'une autre planète. Ed est un peu son confident, son meilleur ami. L'animal est domestiqué, obéissant avec sa maîtresse et doux avec les gens que celle-ci apprécie, mais si vous cherchez des noises à sa maman chérie ça finira mal

~ Très dépensière, Faye n'a jamais d'argent de côté et dépense sans compter dans tout un tas de choses pas franchement utile.
Localisation : Palm Spring Revival
Date d'inscription : 04/02/2020
Il allait bien, à la bonne heure, en plus de devoir faire face à une tête défaite, Faye avait pas l'intention de le vexer, et puisqu'il disait pas être malade, quasiment à clamer être en pleine forme malgré son blanc jaune et son teint de pet, elle n’insisterait pas même si, comme une petite blague qui masquerait pas des masses les bonnes attentions qu'elle pouvait avoir pour les gens qu'elle appréciait, elle lui servit sans doute pas ce qu'il escomptait boire en passant le seuil du Casino. De l'eau, ça aurait le mérite de diluer tout ce qui devait ruisseler dans ses veines, et c'était sûrement pas que du sang, puis dans son estomac mis à rude épreuve durant les quelques heures qui précédaient sa venue ici. Sa réaction fut sans appel, elle lui arracha un sourire, faussement incrédule d'ailleurs et en témoignait son froncement de sourcils, quand il eut remarqué ce qu'elle lui offrait grassement sans débourser un seul petit crédit.

- J'suis très sérieuse et … J'oserai pas enfin. Elle pas oser ? Sûrement tien, elle avait sûrement pas le monopole de la discrétion quand il s'agissait de se moquer gentiment des gens, ça lui valait parfois des problèmes d'ailleurs. Enfin, malgré tout il agrippa le récipient et se rinça la gorge tandis qu'elle glissait le menton contre son poing, le coude sur la laque impeccable du bar, tout en lui souriant et en arquant, au fur et à mesure de sa descente, les sourcils. Sacrée descente Dudule, mais j't'ai dit que j'avais pas d'sou puis c'est pas forcément bon pour ce que t'as.

Presque nonchalante, la blondinette agrippa le linge humide près de l'évier puis s'empressa de le passer sur le meuble, ses yeux de biches allant et venant de la surface aux yeux clairs de son interlocuteur en pleine argumentation. Ce que les types feraient pas pour obtenir ce qu'ils voulaient, hein ? Là c'était pour un whisky tout ce qu'il y avait de plus banale, mais habituellement Dustriel jouait dans une cour dont elle ignorait tout pour n'avoir aimé, adulé, idolâtré qu'un seul et même garçon dans sa jeune vie.

En songeant à Benji, elle mordit l'intérieur de sa joue et relâcha le chiffon dans la vasque d'inox. Même là, encore maintenant, plus d'un an après le drame, le plus jeune des Saddler lui manquait terriblement. Elle aurait sans doute dû prendre son courage à bras le corps, lui dire tout ce qu'elle pensait et ressentait pour lui. Au lieu de ça, cette hypothétique histoire était morte, enterrée avec lui, sans que personne n'en sache les tenants et aboutissants, sans que personne ne juge son chagrin aussi dur, même si c'était clairement pas la même chose, que celui d'Adam qui, contrairement à elle qu'on disait être immature, se laissait sombrer sans plus penser qu'il avait encore de quoi subsister même sans son frère. Sans doute parce que ça lui trottait en tête qu'elle soupira, une mèche bleu voleta au dessus de ses traits d'ailleurs, puis fit pleurer un peu de whisky dans le verre devant lui.

- Ouais, le mal par le mal … si tu l'dis. Une ombre lui traversa le regard mais pour donner le change, comédienne jusqu'au bout des ongles et depuis toujours, elle reposa la bouteille puis esquissa un large sourire, pétillant et gavé de vie comme chacun les lui connaissait, pour mieux faire face à la réalité bien moins belle qu'elle l'était lorsque Benjamin faisait encore parti de son monde. Qu'est-ce t'as fait encore ? Volé l'sac d'une p'tite vieille ? Mis des pétards dans la bouse de Skaag pour saloper l'pan de pantalons des passants ? Ha non, ça c'était ses idées, quand elle était plus jeune, mais vu l'énergumène, il en aurait été au moins aussi capable, même à l'âge avancé qu'il avait. Mais, même si tu pense qu'ça te fera du bien, ça résoudra rien à tes problèmes, ça fera que les occulter un p'tit temps … l'tempes d'cuver je crois. Index sur le menton, les yeux redressés vers le plafond une minute, comme en pleine réflexion, Collins termina par approuver ses propres dires en une moue pour mieux se pencher vers lui qui le faisait déjà après avoir observé la table de black-jack et les quelques joueurs déjà présents autour de celle-ci. Au lieu d'parler, regarde devant toi, j't'ai servi neuneu, mais fais gaffe, ça sera l'seul, après faudra m'rendre des services si t'en veux d'autres, j'suis déjà très gentille de te prévenir.

Et s'il pensait qu'elle se foutait de lui, il n'avait qu'à s'envoyer son verre sans prendre le temps et il constaterait ô combien elle pouvait être sérieuse à propos de ces services. Un tuyau... Faye roula des yeux, il avait rien entendu de ce qu'elle venait de lui dire hein, après ça il allait se plaindre de pas avoir de crédits pour payer ses consommations, enfin, tant pis pour lui, elle l'avait prévenu. Ses yeux glissèrent vers les costards cravate plus loin, elle les connaissait tous sans exception, ils étaient pas ses amis mais, elle pouvait pas non plus le pousser à compter les cartes, du moins s'il y parvenait avec l'intellect bouffé par elle savait quelle substance ingérée avant de rappliquer ici, puisqu'elle était malgré tout sur son lieu de travail et que c'était le gagne pain de sa presque sœur, son amie ; Eliza.

- Travailler, gagner ses crédits à la sueur d'son propre front, c'est bien aussi tu sais ? Blague à part, la jeune femme inspira puis reprit. Lui là, celui qu'a un cul de singe à la place d'la tête. Une tonsure Faye, on dit une tonsure. Ouais bon, elle allait pas se formaliser avec Dudule, il comprendrait même s'il devrait faire un petit effort pour connecter ses quelques neurones. C'est monsieur Saint James, Peter de son p'tit nom, il travaille à la banque Pandorienne de Sanctuary, il a cinquante ans, il aime les jolies filles mais leur parle comme s'il était leur père, je l'aime pas trop il a l'air ….. enfin tu vois un peu, et il joue pas super bien, suffit qu'une fille passe pour l'troubler et lui faire perdre ses moyens. Lèvres pincées, paupières tout autant, elle en pointa un second de l'index. Monsieur Pintrel, pédant, arrogant, il croit que parce qu'il tient une boutique de luxe, ça lui donne tous les droits, mais un peu de bourbon et oups, il est bien moins dans le jeu …. Il picole pas mal. Et là, elle tendit la main, fière d'elle, comme pour attendre le pourboire qui viendrait pas avant de rire. Tu peux tenter ta chance, mais si tu comptes les cartes et qu'tu triches, D'un geste qu'il ne verrait pas, elle caressa les oreilles douces de Ed qui tarda pas à se redresser, droit sur ses pattes arrières, pour poser ses larges pattounes sur le comptoir tout en observant - ricanement de hyène oblige - le type qui leur faisait face. Ed a pas encore eu sa gamelle, et tout c'qu'est fourré à la liqueur il adoooooore ça. T'as bien compris Dudule, hein ? C'était qu'une blague, elle lui ferait pas ça, mais disons que les tricheurs avaient  bien trop les miquettes, en voyant le bestiaux, pour se hasarder au vice qui mettait à mal les finances du casino.



I'm beautiful in my way !

Baby I was born this way !



Mer 3 Juin - 9:43
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Firmin Dustriel
0 Hyperion
0 Hyperion
Age : 33
Miscellaneous : > Eboueur à Opportunity, il préfère utiliser le terme "agent de propreté et de sûreté" quand il ne ment tout simplement pas sur son travail ou ses activités extraprofessionnelle.
> Est en couple avec une publicitaire d'Hypérion. Il ne l'aime pas et profite uniquement de son appartement luxueux et de son argent.
> Sûr de lui et dragueur invétéré (du genre lourd).
> Tient un carnet où il note ses conquêtes amoureuses (identité ,âge, sexe, lieu de conclusion, commentaires spéciaux).
> Aime glandouiller, se défoncer et faire la fête.
> Pratique le karaté et le taekwondo, au départ pour impressionner les filles et se muscler, il a fini par affectionner ces disciplines.
> Sait donc se défendre bien qu'il n'attaque jamais.
Localisation : Opportunity
Date d'inscription : 20/12/2019
Pour ce que j'ai ? Elle osait se permettre de nier qu'elle se payait ma tronche là ? Non mais sérieusement. Si on passait le surnom débile dont elle m'affublait depuis des années, tant ou pas tant finalement, que j'avais fait par m'y faire, j'prenais toujours un tantinet mal ses p'tites provocations. Un tantinet seulement, parce que y'avait pas d'quoi chier une pendule pour une blagounette. Mais on rigolait pas avec la défonce, enfin, surtout moi, ça, elle le savait depuis le temps et ma p'tite Faye finissait quand même par me filer une rasade de whisky offert par la patronne, même si elle était pas au courant.

- J'le dis Fayouille !

Ca avait pas autant de saveur, ni d'effet que Dudule comme surnom. C'était même plutôt nul à chier en fait mais j'avais tenté un truc. Un truc tellement bidon qu'elle pouvait plus douter que j'étais pas dans mon assiette si elle avait pu penser que je jouais la comédie. Mais bon, elle laissait passer pour continuer de se gausser d'ma tronche défaite.

- J'ai une tête à voler des vieilles dames ? Non, j'me les tape et c'est déjà bien ! C'est un cadeau que j'leur fais ! Imagine, à 65 ans, avoir la chance de connaître le braquemard de Firmin Dustriel ! C'est un acte de bienveillance ! Surtout quand leur nichons tombent pas en gant de toilette à cet âge ! Et pour ça, l'alcool résout tout les problèmes en faisant circuler l'sang jusqu'à mon pénis !

J'répondais du tac-au-tac, en essayant d'adopter la même attitude désinvolte que ma barmaid du jour. Ma jolie barmaid préférée de Palm Springs ! Qui m'rappelait qu'elle m'avait servi mon verre, probablement choquée que je ne l'ai pas déjà avalé d'une traite. Alors elle me faisait la leçon mais m'donner quand même ma dose ?

- J'ai vu ! J'ai vu ! Attrapant le verre, j'en arrachais une lampée, m'arrachant une grimace avant de reprendre, plus sérieusement. J'me suis fait lâcher par deux cons et j'ai dû débourser mes derniers crédits, voilà, s'tu veux tout savoir. Totale honnêteté pour le coup, c'était pas dans mes habitudes de fier d'avouer que j'étais sans un sou et qu'on m'l'avait mise dans l'cul sans acte sexuel. Alors me prendre ses réflexions dans la tronche, ça m'avait mis sur la défensive. Hé ! J'ai un taf hein ! C'est juste que le salaire est pas encore tombé punaise !

Bon, un taf où j'essayais d'en branler le moins possible mais ça m'arrivait de suer quand même.
Mon regard dévia de nouveau vers la table de black-jack en écoutant les descriptions qu'elle me faisait des joueurs dont un qui attirait mon attention. Celui qu'aimait la picole. Mais pour lui payer la picole, le mettre dans un état assez lamentable pour le plumer, m'fallait autre chose que les pauvres crédits qui m'restait en poche.

- Woh ! Laissais-je échapper tandis que l'étrange créature qui accompagnait la jolie demoiselle se redressait sur le comptoir aussi, avec ses yeux de... Hyène ? C'est bien comme ça qu'elle m'avait dit que cet animal d'une autre planète s'appelait. C'était plutôt flippant. Comment tu veux j'gagne si j'compte pas les cartes !!

Faye faisait que défendre les intérêts de sa patronne, qui était de plus son ami mais son avertissement faisait tomber tout mes plans à l'eau. Un dernier coup d'oeil aux joueurs attablés à quelques mètres de là et mon regard azur plongea dans celui de mon amie aux cheveux colorés.

- Du coup... Tant pis pour mes dernières pépètes. J'sortais un billet de mes poches après avoir avalé le verre offert d'un cul sec de vrai mâle pour lancer un regard qui se voulait séducteur à cette dernière. Même si j'devais un peu m'foirer vu la gueule de déterré, ça aurait probablement pas l'effet habituel mais fallait bien tenter. Ressers moi en un que j'réfléchisse ! Fis-je en posant le billet estampillé Hypérion sur le comptoir. Ouais, j'sais, il manque deux billets mais j'suis ric-rac... Promis j'rembourse Eliza à mon prochain passage ! M'excusais-je en espérant l'adoucir de quelques clignements d'cils. J'ai bien compris ! Daignais-je finalement répondre à son avertissement qui bousculait tout mes plans. Puis, l'air de rien, s'faire croquer les noix par se machin, ça devait pas être agréable. Il devait mastiquer les rognons comme de simple croquettes. Nouveau regard tentative séduction pour la belle et je tentais finalement par retrouver un peu du véritable Firmin Dustriel. Si j'peux pas tricher et qu'tu m'fais pas bouffer par ton... machin truc bidule. Tu m'héberges ce soir et j'te fais montrer le loup si tu veux ? Clin d'oeil coquin. Après tout, c'est pas moi qui avait parlé de service contre un autre. J'essayais juste que celui que j'ai à lui rendre me soit agréable. Enfin, si mon pipou daignait se réveiller, parce que même en déviant le regard sur Doris qui continuait de m'observer, j'me voyais toujours mal aller la sauter dans les toilettes avec un zizi qu'était pété.


Do you want see my biggest pipou ?

White Rabbit in the club  200724110931477721
Jeu 11 Juin - 10:57
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Faye T. Collins
Administratrice C
Administratrice C
Age : 29 ans
Miscellaneous : Juvénile dans le look et dans la tête, Faye n'en est pas moins plus rusée qu'on le pense. Même si elle parle parfois trop vite sans réfléchir aux conséquences, elle n'est pas mauvaise. C'est une chouette fille que la vie a un peu malmenée mais qui sait se relever fièrement des épreuves que l'existence lui impose. On la dit souvent de bonne humeur, gaie et joyeuse mais au plus profond d'elle, la blondinette dispersée cache une plaie béante suite au décès du type pour lequel elle en pinçait.

~ Elle adore sa peluche vivante, prénommée Ed, qu'elle a fait importer d'une autre planète. Ed est un peu son confident, son meilleur ami. L'animal est domestiqué, obéissant avec sa maîtresse et doux avec les gens que celle-ci apprécie, mais si vous cherchez des noises à sa maman chérie ça finira mal

~ Très dépensière, Faye n'a jamais d'argent de côté et dépense sans compter dans tout un tas de choses pas franchement utile.
Localisation : Palm Spring Revival
Date d'inscription : 04/02/2020
Ed avait pas eu sa gamelle, comme Firmin avait pas eu la sienne visiblement, un point commun entre les deux mâles d'une grande différence physique, cependant, ce que « bouffait » Dudule était pas au goût de la hyène qui l'observait en tirant la langue. Faye glissa la main entre les oreilles de l'animal, un sourire épris aux lèvres. Au diable les hommes finalement, mieux valait le plus fidèle des compagnons, et même s'il s'agissait pas d'un chien Ed était tout comme et plus encore, alors entendre son interlocuteur désigner un machin-truc en parlant de lui la fit froncer les sourcils puis plisser les yeux. S'il trichait il verrait bien si elle plaisantait, pas qu'elle était pas taquine, ni même rigolote ou blagueuse à ses heures, ça oui mais en ce qui concernait son boulot, davantage la boîte d'une amie qu'elle considérait quasiment comme une sœur, valait mieux pour les clients qu'il gardent leurs magouilles dans un trou de leur poche plutôt qu'à les étaler sous le nez de leurs partenaires. On trichait pas ici, ou si on le faisait il valait mieux être plus que doué puisque les propriétaires étaient, eux, plus que doués pour repérer le manège lorsqu'il tournait pas dans le sens des aiguilles d'une montre.

- J'te rends service, y a pas qu'Eddy qu'est doué pour repérer les sales voleurs, tricheurs et menteurs, Adam aussi ... Comme une gosse trop fière, la blondinette déposa les poings sur ses hanches et observa de haut son pilier de bar préféré avant de croiser, plus loin, l'air agard et bien moins frais de celui dont elle venait de parler. ouais bon, pour Adam m'étonn'rait qu'ce soir tu t'prennes son pied droit dans le derche, il te raterait à coup sûr, mais Ed est en pleine possession de ses moyens, lui.

Comme si il approuvait, l'animal ricana quelques secondes avant de dévier les yeux, assez vivement d'ailleurs, vers un type en costume qui passait à quelques pas derrière Firmin. Visiblement celui-ci était à surveiller, odeur, style vestimentaire qui lui revenait pas, allez savoir mais la Hyène, les pattes toujours appuyées sur le bar entre les deux jeunes gens, n'avait plus d'yeux que pour cet inconnu à lunettes sombres. Faye cessa de parler une seconde, s'attardant quelques peu elle aussi sur cet étranger.

Depuis quand on portait des lunettes de soleil dans un casino ? Pour jouer au Poker, l'bluff ! Benji t'a expliqué tout ça. Véridique, cependant là, il rejoignait pas la table de poker mais bien celle que Dudule escomptait gagner d'ici quelques minutes. Le même Dudule qu'elle écoutait plus trop depuis que son regard clair tentait de percer à jour les intentions, sans doute bien crapuleuses, du gars en costume sombre.

- Hein ? Lâcha-t-elle finalement après avoir entendu un mot n'ayant rien à foutre dans leur conversation ; loup. C'pas un loup c'est une Hyène ... Reprit-elle, même si elle savait parfaitement de quoi il voulait parler, en revenant ancrer les yeux à ceux, tout aussi clairs, de Dustriel. Puis, si tu veux dormir chez moi, alors tu vas surveiller c'type là bas. Il va jouer au même jeu qu'toi. Pour t'motiver je t'en ressers un même si ça d'vrait être suffisamment motivant d'savoir qu'un canapé accueillera tes fesses molles pour cette nuit. Tout en lui exposant les choses, Collins se pencha vers lui, glissa le menton dans ses deux paumes en cœur, coudes contre la laque du meuble entre eux, et lui offrit un large sourire accompagné de battements de cils atrocement théâtrales.  Après tout, c'est pas d'la prostitution comme c'que tu m'proposais plus tôt à vouloir m'déballer ton bigorneau, mais c'est presque pareil et bien plus sain, pas vrai Dudule ?



I'm beautiful in my way !

Baby I was born this way !



Mar 23 Juin - 14:55
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Firmin Dustriel
0 Hyperion
0 Hyperion
Age : 33
Miscellaneous : > Eboueur à Opportunity, il préfère utiliser le terme "agent de propreté et de sûreté" quand il ne ment tout simplement pas sur son travail ou ses activités extraprofessionnelle.
> Est en couple avec une publicitaire d'Hypérion. Il ne l'aime pas et profite uniquement de son appartement luxueux et de son argent.
> Sûr de lui et dragueur invétéré (du genre lourd).
> Tient un carnet où il note ses conquêtes amoureuses (identité ,âge, sexe, lieu de conclusion, commentaires spéciaux).
> Aime glandouiller, se défoncer et faire la fête.
> Pratique le karaté et le taekwondo, au départ pour impressionner les filles et se muscler, il a fini par affectionner ces disciplines.
> Sait donc se défendre bien qu'il n'attaque jamais.
Localisation : Opportunity
Date d'inscription : 20/12/2019
La jeune femme a la chevelure multicolore me désigna Adam du menton lorsque je tenta de protester en lui quémandant de fermer les yeux, histoire d'avoir toute les chances de me refaire. Bon, il avait l'air encore moins frais que je l'étais mais c'est vrai qu'le bonhomme avait toujours eu tendance à m'faire flipper vu la taille de ses paluches... A mon avis tu t'en prends une dans la gueule, tu perds une ou deux chicots.

Enfin, de toute façon, j'voulais pas d'problème avec les Saddler, ça devait être un des rares casinos ou bars de Palm Springs dont j'avais jamais été vidé parce que j'avais foutu la merde après un trop plein d'alcool ou des merdes que j'm'étais enfilé dans l'nez... Donc j'avais toujours été très bien accueilli ici. Fallait dire que la première fois, justement, c'est la midinette devant moi qui m'avait direct tapé dans l'oeil et j'l'avais pas lâché de la soirée au point qu'c'était ma copine maintenant. Une copine que tu t'enfileras bien Fifi. Ah ça ouais, y'avait pas d'doute. Mais j'restais plus prudent sur mes tentatives au vu d'la bête qu'elle désignait en second au cas où l'idée m'venait d'pas écouter ses conseils et d'm'aviser à tricher quand même.

- C'est bon, c'est bon... Repris-je en frissonnant au ricanement de la bestiole. C'est sûr que j'avais pas envie qu'il me déchire les rognons ce machin venu d'ailleurs. Cette hyène ? Ok. Si elle voulait. Moi j'parlais de ma bite mais elle avait pas saisi. En tout cas c'était du pareil au même pour moi tout ces animaux exotiques qui venaient d'autres étoiles. Pas de triches...

Donc fallait trouver une autre solution qui me venu vite à l'esprit. Presque autant étonné qu'elle accepte de me laisser pieuter chez elle autant que par l'endroit où elle comptait m'le faire faire ? Bordel, j'peux même pas partagé son plumard, elle est vraiment difficile la Fayou...

- Sur le canapé ? T'es pas sérieuse ma belle ? Tu pourrais m'offrir un peu d'place sur ton matelas, j'ai des problèmes de dos à cause de toutes ces merdes qu'on ramasse à Opportunity... Tentais-je avec un faux regard pitoyable, presque implorant. J'te jure, j'prends pas beaucoup de place en plus jolie coeur !

Enfin, j'avais déjà gagné un crachoir le temps que le salaire tombe le lendemain, c'était déjà ça, mais j'voulais l'bonus bombasse d'artistes un peu fofolle mais prude. Ce genre de cible, j'en avais jamais eu encore, donc Faye, c'était mon p'tit défi. Enfin, un défi d'plus. Alors autant la contenter, si j'choppais l'homme qu'elle désignait, elle reverrait peut-être à ce que son accueil soit plus chaleureux ?

- Ah donc t'avais bien compris de quel loup j'parlais tout à l'heure ? Elle était toujours taquine et l'pire pour le coup, c'est qu'elle arrivait toujours à m'avoir là où  les femmes étaient habituellement des proies que j'endormais plutôt que l'inverse. Mais bon ok, j'te l'accorde. Même si j'espérais un peu plus, j'vais t'chopper ce tricheur en plus.

J'pouvais pas lui dire non après ce battement de cils étrangement... aguicheur. Elle était presque en train de me réparer l'machin, j'avais l'impression d'le sentir bouger dans mon calbard l'oiseau.

- Tu m'en reprépare deux pour quand j'aurais choppé c'connard en flag. Ordonnais-je sans vraiment ordonner, reposant le verre sur le comptoir avant de m'éloigner vers la table de jeu. C'était sûr que j'allais l'avoir celui là, la miss avait raison, il avait l'air louche. Et y'avait pas mieux qu'moi pour repérer mes collègues tricheurs et menteurs en étant le roi des vicelard de cette planète. Salut les cons ! Mise minimum pour moi. Lançais-je, désinvolte au croupier. Parce que j'compte bien vous déplumer. Poursuivis-je à l'attention des autres joueurs, sans m'attarder sur ma cible pour le moment.

La partie reprit et j'observais discrètement les faits et gestes de mister costard cravate à la Reservoir Dogs, attendant patiemment une erreur dans son comportement et... En remportant une première partie ! Putain de merde !

- Allez les nazes, soyez pas dég !

L'type a côté s'emporta et quitta la table, nous laissant à trois joueurs. Monsieur Orange semblait agacé par mes provocations et c'était bon ça. Ca s'trahissait par un petit tic au niveau de sa joue. J'pariais qu'il suffisait que j'en gagne encore une pour qu'il se mette à tricher et me resterait plus qu'à héler ma bombasse préférée.

Hop, tu gagnes ta place dans son chez elle et au pire tu tentes de t'glisser dans son plumard dans la nuit. Ouais, c'est ta chance d'enfin tremper l'biscuit avec elle mon Fifi.

Enfin, si l'machin s'réveillait, sinon j'pouvais p'tet m'arranger avec le vieux d'gauche pour lui rendre un peu d'son pognon contre les p'tites pilules bleus qu'on prend à son âge.


Do you want see my biggest pipou ?

White Rabbit in the club  200724110931477721
Ven 26 Juin - 14:40
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Faye T. Collins
Administratrice C
Administratrice C
Age : 29 ans
Miscellaneous : Juvénile dans le look et dans la tête, Faye n'en est pas moins plus rusée qu'on le pense. Même si elle parle parfois trop vite sans réfléchir aux conséquences, elle n'est pas mauvaise. C'est une chouette fille que la vie a un peu malmenée mais qui sait se relever fièrement des épreuves que l'existence lui impose. On la dit souvent de bonne humeur, gaie et joyeuse mais au plus profond d'elle, la blondinette dispersée cache une plaie béante suite au décès du type pour lequel elle en pinçait.

~ Elle adore sa peluche vivante, prénommée Ed, qu'elle a fait importer d'une autre planète. Ed est un peu son confident, son meilleur ami. L'animal est domestiqué, obéissant avec sa maîtresse et doux avec les gens que celle-ci apprécie, mais si vous cherchez des noises à sa maman chérie ça finira mal

~ Très dépensière, Faye n'a jamais d'argent de côté et dépense sans compter dans tout un tas de choses pas franchement utile.
Localisation : Palm Spring Revival
Date d'inscription : 04/02/2020
Oh, il abdiquait, si vite s'en était surprenant d'ailleurs, pour autant elle l'observa, sourire de coin étirant ses lèvres carmin, puis mordilla l'inférieure avant de reporter les yeux à la table de jeu que Firmin prendrait d'assaut dans les minutes qui suivraient. Ed faisait toujours son petit effet, mais là où on le trouvait hideux, même idiot parfois, Faye ne voyait en lui qu'une belle boule de poils adorable avec sa meilleure amie. Doucement, sa main glissa aux oreilles droites de l'animal dont la langue pendait et goûtait légèrement sur le comptoir, forçant sans doute Dustriel à obtempérer à ce qu'elle lui avait ordonné plus tôt. Quant à la nuit chez elle, la blonde n'était pas contre, mais s'il pensait se faxer dans son lit, il aurait là aussi une surprise de taille et sûrement pas les quelques centimètres qu'il se vantait avoir entre les guibolles. Rien n'y ferait, pas même la poignée de compliments qu'il servit en un regard de cocker, il aurait le sofa ou rien.

- EH, t'veux un toit au d'ssus d'la tête cette nuit oui ou merde ? Interrogea-t-elle, penchée vers lui, l'index contre son nez, avant de reprendre sans même attendre la réponse qui, évidemment, coulait de source. T'as le droit d'dormir par terre, sous le matelas, sur le paillasson, mais personne pionce dans mon lit sauf moi et les voix dans l'creux d'ma tête. Remarquant aisément ses sourcils qui faisaient quelques vaguelettes, elle pouffa de rire et se redressa. J'rigole ! La Hyène descendit d'un étage, retrouvant le confort précaire du sol, Collins l'enjamba sans mal et s'étira en sautant la petite marche, derrière le bar, qui la séparait du plancher sur lequel étaient installés les tabourets face au comptoir. Pour les voix … pour l'reste j'suis sérieuse, et si t'ose t'ramener dans la nuit, crois moi qu'j'saurai t'souhaiter bonne nuit.

Arquant les sourcils, la jeune femme mordilla sa langue. C'était bien ça qui était noté sur sa batte fétiche, et si elle pionçait avec elle à proximité c'était pas pour autre chose que pour la coller dans les dents du premier cinglé qui oserait forcé la porte de son studio. Ouais fin, y a trop rien à voler chez nous. Sans doute ouais, cependant elle avait une chose bien plus précieuse que l'argent et à laquelle elle tenait parce que, s'il avait fallu qu'elle choisisse et se remue davantage avant le drame, cette chose elle l'aurait sans doute offerte à Benjamin. En y songeant, alors que jusqu'ici Firmin parvenait à lui changer les idées sans même s'en rendre compte, son regard se voilà des quelques images passées, datées mêmes. Celles d'un film en noir et blanc vécu à l'endroit même où ils se trouvaient, un scénario qu'on pouvait bien entendu rembobiner pour le revivre à l'infinie mais dont on ne pouvait jamais changer la fin et dont la bande, bien qu'encore très nette pour elle, grésillait au plus on la visionnait. La voix de Dudule lui parut lointaine une seconde, elle voyait bien ses lèvres s'agitaient, mais paumée dans ses pensées, ces souvenirs aussi agréables qui lui étaient dur à revivre mentalement, Faye du secouer la tête pour enfin capturer ce qu'il ajoutait tout en quittant l'assise dans le but de regagner la table de Black-Jack.

- Ahh, ouais ouais ….. Vas y, j'viendrai t'les apporter, sans doute qu'ça t'fera une ouverture pour l'pervers. Un sourire pour donner le change, même si elle n'avait plus réellement le cœur à sourire, et Collins observa Firmin qui partait pour une guerre de cartes. C'était étrange ça, en quelques minutes, et même si on le disait lourd et assez chiant sur les bords, Dustriel lui avait quasiment fait oublier celui qu'elle pensait ne jamais pouvoir se sortir du crâne et encore moins du cœur. L'artiste ravala alors sa salive, mal sans réellement l'être, les yeux rivés sur les joueurs plus loin, avant de sursauter quand il lui sembla que quelque chose, peut-être lui, lui saisissait la main. Son cœur se tordit, mais quand elle déposa les yeux sur ses doigts elle ne vit la que la truffe amicale, très aimante, de Ed qui sentait simplement, comme aucun autre ici bas, qu'elle n'allait pas super bien. C'rien Eddy … Allez viens, on va préparer d'quoi pour Firmin, il nous aide, on peut être sympa avec lui, j'tassure !



I'm beautiful in my way !

Baby I was born this way !



Lun 27 Juil - 14:17
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Firmin Dustriel
0 Hyperion
0 Hyperion
Age : 33
Miscellaneous : > Eboueur à Opportunity, il préfère utiliser le terme "agent de propreté et de sûreté" quand il ne ment tout simplement pas sur son travail ou ses activités extraprofessionnelle.
> Est en couple avec une publicitaire d'Hypérion. Il ne l'aime pas et profite uniquement de son appartement luxueux et de son argent.
> Sûr de lui et dragueur invétéré (du genre lourd).
> Tient un carnet où il note ses conquêtes amoureuses (identité ,âge, sexe, lieu de conclusion, commentaires spéciaux).
> Aime glandouiller, se défoncer et faire la fête.
> Pratique le karaté et le taekwondo, au départ pour impressionner les filles et se muscler, il a fini par affectionner ces disciplines.
> Sait donc se défendre bien qu'il n'attaque jamais.
Localisation : Opportunity
Date d'inscription : 20/12/2019
J'avais beau essayer de l’apitoyer sur mon sort, la multicolorée n'en démordrait pas, c'était soit le canap' ou rien. Enfin, ou ses autres propositions saugrenues mais de fait, ce qu'elle proposait de base était préférable. Y'aurait qu'à espérer qu'elle est un coup de chaud dans la nuit. Ou un coup de froid. N'importe tant que j'puisse lui mettre un coup de Firmin.

- Genre, en m'agrippant l'zizi ? Plaisantais-je finalement avant d'obéir de nouveau aux ordres de la belle. C'est qu'elle savait me mener par le bout du nez celle ci. Comme personne jusqu'à maintenant. Faisant fi des voix qu'elle disait avoir dans la tête, sachant pertinemment qu'elle plaisantait avant même qu'elle ne l'avance, j'avalais la dernière lampée de mon godet avant de rejoindre la table de poker pour gagner ma place au chaud. Quand faut y aller ! Faut y aller ! Roule ma poule, faisons comme ça !

Dernier coup d'oeil et dernière demande à la demoiselle, en l'occurrence, de faire péter deux coupettes pour ma gueule en guise de premier lot, j'me retenais de revenir sur mes pas pour lui proposer un peu d'hypnose en observant le plus bel hélicobite que je ferais de ma vie pour faire sortir une voix dans sa tête qui lui susurrerait "tu veux ce zizi, tu veux ce zizi", la voyant un instant absente et ne voulant pas m'immiscer dans sa tête. C'était déjà bien assez le bordel dans la mienne.

Après quelques provocations en m'invitant à la table et une première partie payante, j'en enchaînais une seconde, puis une troisième avant que le vieux à ma gauche finisse par lâcher l'affaire à force de se faire plumer par Mister Orange ou par moi. Il avait clairement pas la baraka papy.

- Reste que nous deux hein ? Prêt à t'faire plumer ?

De nouveau, Reservoir Dog eu le même petit tic nerveux au niveau de la joue, sauf que celui-ci ressemblait à un sourire. Il ne fallu pas longtemps pour comprendre pourquoi vu que deux types débarquait à la table, nous évitant la battle.

Ok, bien...

Ca corsait un peu les choses. Surtout que la partie relancée me pluma quelques deniers que j'avais réussi à acquir, revenant presque à ma mise de base avec dix crédits en plus...

- Il a gagné, il est content !

Fallait que j'me concentre là. Autant pour éviter de perdre que de voir le petit manège de l'arnaqueur, si tenté qu'il en était un. Ca serait bien ma veine qu'elle se soit trompé et en profite pour pas m'abriter...

Une nouvelle, puis une autre, et encore une autre et tout mes crédits étaient raflés par l'autre fils de pute dont le sourire s'élargissait. Rira bien qui rira le dernier...

- FAYE ! J'EN AI DEUX !

Interloqué, les trois autres joueurs sourcillèrent. Les deux concernés, c'était Mister Orange, Faye avait vu juste. Sauf qu'il avait attendu que son complice le rejoigne pour commencer son petit manège. L'autre comptait les cartes et se signalait dans un langage codé que je n'avais pas besoin de comprendre. Chaque fois qu'il tapotait sur la table, Reservoir Dog tirait une carte et il s'arrêtait quand celui ci posait sa main à plat.

- Hé ouais les gars, on triche pas ici !

Provocateur avant que Faye n'arrive, ça n'avait pas l'air de plaire à Mister Orange qui se leva d'un bon et plongea sa main dans son costard. Ca c'est pas bon ! Ca sentait l'arme à feu ça. Malheureusement pour lui, je fus plus rapide et je me levais rapidement pour sauter par dessus la table en lui envoyant un kick en pleine poitrine avant de le neutraliser d'un coup de semelle en pleine poire. Un flingue... Et bah c'est pas passé loin.

- Hé, ils savent pas fouiller vos vigiles ou quoi ? Lançais-je, d'un ton légèrement irrité tandis qu'Ed se saisissait du complice qui tentait de prendre la fuite. J'viens de risquer ma vie pour te l'avoir celui là ! Repris-je, visage fermée avant de retrouver mon sourire de petit con. Ca vaut bien un peu plus qu'un canapé ça non ? Clin d'oeil coquin à la Dustriel. J'espèrais l'avoir rendu admirative avec ma réactivité et mon p'tit mouvement de karatéka.


Do you want see my biggest pipou ?

White Rabbit in the club  200724110931477721
Lun 27 Juil - 17:15
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Faye T. Collins
Administratrice C
Administratrice C
Age : 29 ans
Miscellaneous : Juvénile dans le look et dans la tête, Faye n'en est pas moins plus rusée qu'on le pense. Même si elle parle parfois trop vite sans réfléchir aux conséquences, elle n'est pas mauvaise. C'est une chouette fille que la vie a un peu malmenée mais qui sait se relever fièrement des épreuves que l'existence lui impose. On la dit souvent de bonne humeur, gaie et joyeuse mais au plus profond d'elle, la blondinette dispersée cache une plaie béante suite au décès du type pour lequel elle en pinçait.

~ Elle adore sa peluche vivante, prénommée Ed, qu'elle a fait importer d'une autre planète. Ed est un peu son confident, son meilleur ami. L'animal est domestiqué, obéissant avec sa maîtresse et doux avec les gens que celle-ci apprécie, mais si vous cherchez des noises à sa maman chérie ça finira mal

~ Très dépensière, Faye n'a jamais d'argent de côté et dépense sans compter dans tout un tas de choses pas franchement utile.
Localisation : Palm Spring Revival
Date d'inscription : 04/02/2020
C'était rien ouais, elle l'avait presque senti là, juste derrière elle, cependant la raison la plus valable n'était autre que les grosse oreilles de la Hyène auprès d'elle, non pas le spectre du type dont elle avait été, et était encore, très amoureuse. Un soupir plus tard, Collins ré-afficha ce sourire quasi éternel, ce masque de joie et de bonne humeur qui empêchait quiconque de voir qu'au fond elle était sans doute aussi brisée que le frère de Benjamin. De toute évidence, s’apitoyer sur son sort ne servait pas à grand chose sinon à blesser les autres, comme le faisait Ethan sans pour autant le réaliser, alors autant garder les yeux rivés sur Firmin et les quelques joueurs auprès de lui. Bien des gens la prenaient pour une abrutie, une niaise sans doute, mais elle savait observer, elle avait un certain flaire en ce qui concernait les tricheurs ou mauvais joueurs et là, elle en était certaine, ceux pointés plus tôt par ses soins, et en pleine partie avec l'éboueur payé par Hyperion, ne tarderaient plus à tomber le masque et à se faire cueillir comme de jolies fleurs.

- T'sais ce qui serait vraiment chouette Ed ? Un ricanement lui servit de réponse à cette question. En pleine vaisselle, histoire d'ensuite préparer ce qu'avait demandé Dudule en guise de salaire, la multicolorée avisa son animal de compagnie. Ce s'rait de lire sur les lèvres pour savoir ce que ces types se disent.

Enfin, même si peu de gens devaient avoir une confiance aveugle en Dustriel, elle savait qu'au fond il n'était pas méchant, simplement happé dans une spirale festive et abusive de laquelle il peinait à s'extraire et qu'il avait tendance à rejoindre aisément sous l'influence de nombreuses mauvaises fréquentations. Puis, elle était pas mal placée pour savoir que juger sur les apparences c'était clairement pas la meilleure façon de faire, nombreux morceaux de charbons cachaient de belles pierres, non ? Approuvant ses propres pensées par une moue de circonstance, Faye poursuivit son œuvre jusqu'à froncer les sourcils lorsque la voix de Firmin résonna plus fort jusqu'à elle. Immédiatement ses deux yeux pointèrent la table de jeu. Deux ? Elle n'en avait flairé qu'un, cependant il n'en fallut pas plus à Ed, à qui elle n'avait pourtant rien ordonné, pour allait barrer la route à celui qui tentait de se faire la malle sans plus penser à son acolyte aux mains, et surtout aux poings, de l'éboueur qui se chargeait de son cas.

- Oh, merde, c'pas bon du tout ça ! Agile, Collins passa par dessus le comptoir et s'empressa de rejoindre la table, désormais renversée par les acrobaties du brun, à chercher du regard un ou plusieurs vigiles capables de s'occuper de la belle aux bois dormant et du type qui allait très certainement finir en pouic pour Hyène si personne réagissait. Autour d'eux, des clients s'agglutinaient, en face le croupier suait des gouttes grosses comme le poing et balbutiait sans qu'un seul mot ne quitte ses lèvres. Y a rien à voir ici, faites vot' vie, jouez, amusez vous, basta ! D'un geste bref, elle agrippa le collier de sa bestiole qui sembla couiner de déception. C'pas bon, la racaille ça a super mauvais goût Ed, couché !!! Autant éviter à ces salopards de porter plainte contre elle, ou l'établissement, malgré leurs intentions peu scrupuleuses. Puis Firmin reprenait déjà, fier comme un paon au point qu'elle en roula des yeux sous l'action de la sécurité qui débarquait enfin pour embarquer les deux glands tombés du chêne de la triche. Mais tu lâches rien ….. Dans c'cas Ed aussi pourrait partager l'lit avec nous, il a fait le même boulot qu'toi, non ? Sûr que partager un plumard avec elle ça l'intéressait, mais si la Hyène passait la nuit sur le dit plumard, ça serait pas la même histoire. Un merci suffira …. Puis tu saignes du nez abruti !

Manquait plus que ça, bon elle avait bien une trousse de secours quelque part, dans le bureau de la cheffe oui, elle se souvenait que Eliza avait dû la sortir pour les dernières frasques de son mari. Sans un mot, elle l'invita à la suivre, valait mieux pas faire de vieux os dans le coin, les tricheurs étaient désormais aux mains de la sécurité, elle n'avait plus grand chose à faire ici sinon éponger le pif de l'éboueur avant de l'inviter à rejoindre son appartement.



I'm beautiful in my way !

Baby I was born this way !



Jeu 6 Aoû - 11:02
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Firmin Dustriel
0 Hyperion
0 Hyperion
Age : 33
Miscellaneous : > Eboueur à Opportunity, il préfère utiliser le terme "agent de propreté et de sûreté" quand il ne ment tout simplement pas sur son travail ou ses activités extraprofessionnelle.
> Est en couple avec une publicitaire d'Hypérion. Il ne l'aime pas et profite uniquement de son appartement luxueux et de son argent.
> Sûr de lui et dragueur invétéré (du genre lourd).
> Tient un carnet où il note ses conquêtes amoureuses (identité ,âge, sexe, lieu de conclusion, commentaires spéciaux).
> Aime glandouiller, se défoncer et faire la fête.
> Pratique le karaté et le taekwondo, au départ pour impressionner les filles et se muscler, il a fini par affectionner ces disciplines.
> Sait donc se défendre bien qu'il n'attaque jamais.
Localisation : Opportunity
Date d'inscription : 20/12/2019
Bon, bien. J'avais gagné ma place au chaud. A savoir si tout mon corps aurait droit à une place de chaleur... Genre même mon pipou mais ça, on verrait selon le déroulement des choses. Quand le boxon que je venais de foutre ici serait bien loin et que les choses seraient réglés. Parce que là, à part l'attroupement des joueurs et les cris du type qui s'faisait déchirer le bras par la boule de poils de Fayounette, y'avait plus rien de calme dans ce casino. C'était parti en cacahuète en moins de deux. Ca allait pas plaire aux deux patrons probablement... Personnellement, j'm'en carrais l'oignon avec une force. J'venais d'éviter une fusillade alors franchement, j'avais rien à m'reprocher dans cette histoire. J'méritais même un happy hour offert par la maison. Ou alors... 

- Quoi sérieux ? Mais j'viens d'éviter que ce connard tire. Lançais-je à la jolie peroxydé en relâchant le type pris en charge par la sécurité après deux minutes à le maintenir au sol par sécurité. Bon, il était groggy mais on savait jamais combien de temps les gens le restait. T'es vraiment pas cool Fayounette ! Dire que j'suis amoureux et que tu refuses mes avances même quand j'suis sexy et opérationnel pour te le prouver de tout... De tout mes coups de reins. Mais c'était peut-être pas le moment de tenter d'parler encore de mon oiseau puisqu'elle n'arrêtait pas de refuser à chaque fois que j'en faisais mention. Fallait la jouer plus fine. ... tout mon coeur.


Ma cible à conquérir écarta les curieux, me signalant que je saignais du nez. Merde... C'était vrai, ma manche passant sous mes narines se colora de rouge hémoglobine. Bon, ça avait pas l'air bien grave, juste un p'tit coup, le saignement s'arrêterait seul. Avec un p'tit bout de coton dans le nez. C'était pile l'instant qu'il fallait pour passer un peu de temps seule avec la rose-bleutée des pointes et continuer mon petit numéro de charme. 

- Tu vas me chouchouter ma belle ? Relançais-je en la suivant, une phalange collé dans la narine pour empêcher le sang de goutter, suivant son invitation à lui traîner le pas. Mmmh... On va déjà se retrouver seul à seule... Intéressant. Me dis pas que t'as pas un p'tit faible pour moi pour me dorloter pareil pour un bobo au nez.

Petite tentative de séduction supplémentaire tandis qu'on entrait dans un bureau où elle sortit une trousse de soins d'un placard avant de se radiner de sa démarche so sex en me sommant de pencher la tête vers le bas avec autorité.

- Doucement hein, j'suis un être fragile moi

Petit clin d'oeil avant de m'exécuter et au moment où je ressentis un picotement à l'intérieur de ma narine, en profiter pour lui frôler subtilement une fesse, faisant mine que mon geste était due à la douleur.

- Woh désolé ! J'ai pas fait gaffe Affabulais-je tout sourire, ajoutant en l'élargissant. Joli terrain de jeu en tout cas...

Dernier clin d'oeil à la Fifi. Elle allait pas m'coller une baffe ? Si ?


Do you want see my biggest pipou ?

White Rabbit in the club  200724110931477721
Ven 14 Aoû - 16:20
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: